mikan music articles
Article CATSUOMATICDEATH : Conférence & live report @ Japan Expo 2008
Par Shito, le 14-07-2008 à 21:52:00
LA révélation de cette Japan Expo ! A dire vrai nous ne connaissions rien de CATSUOMATICDEATH avant que ne soit annoncée la venue du groupe à l'occasion de cette Japan Expo. Quelques clics plus tard, le terme de "trash metal" glâné sur le web et le look un peu étrange du groupe nous incitaient à penser que si les amateurs seraient sans doute comblés, les autres (dont nous faisions a priori parti) risquaient fort de ne pas avoir grand chose à retenir de cette prestation. Quelle erreur !
CATSUOMATICDEATH
Dimanche 6 juillet - 11h30. Vêtu de mofuku (sorte de longs kimono de deuil) et de chapeaux haut-de-forme, le trio CATSUOMATICDEATH s'offre une entrée spectaculaire au son ébouriffant et au chant un peu hurleur, pas franchement engageant. La salle, certes moins pleine que pour SCANDAL la veille, est tout de même plutôt bien remplie, et c'est avec une certaine surprise que la foule se fait prendre en otage par l'introduction, très longue, de Charlie vs Sammy, un des morceaux emblématiques du groupe. Particulièrement entraînante, la piste dévoile ses atouts : un punk très métallique mais qui conserve une ligne mélodique salvatrice, une interprétation dans un anglais impeccable à l'accent bad boy un peu grunge parfaitement crédible, et un plaisir de jouer non dissimulé de la part des artistes, en particulier YUKA à la batterie qui arbore un sourire permanent. Avec de tels ingrédients, il n'est pas surprenant que la foule s'emballe. L'ambiance se réchauffe très vite, le public déjà conquis frappe dans ses mains tandis que résonne Heyday, une compo un peu brouillonne compensée par une grande matûrité dans l'instrumentation, et une forte personnalité. Tandis que YUKA livre des choeurs un peu geignards, ACEKAY fait le show, se roulant par terre sur la scène tout en assurant ses transitions au larsen.

CATSUOMATICDEATH
Dès lors, le spectacle est lancé et la tension ne retombera pas jusqu'à la dernière seconde. CATSUOMATICDEATH enchaîne les morceaux avec ses démarrages en trombe, ses pics de folie mais aussi ses longs blancs, son flegme assumé. Mention spéciale pour le superbe Kyrie Eleison, ballade grunge énormissime aux faux airs de Nirvana, conclue sur un moment de temps suspendu et une charge de guitares distordues accueillie par les cris du public ! Mais plus qu'une révélation musicale, c'est surtout une révélation scénique que ce concert. Le trio mené de main de maître par un ACEKAY en pleine forme a su se mettre le public dans la poche, réalisant un véritable hold up sur la scène du JE's Live House. Encourageant la foule à prendre des photos ("catsuo is copyright free !"), le groupe a même fait monter trois spectateurs sur scène avant de les mettre derrière les instruments pour le final, avec à la clé un rappel tonitruant dans une ambiance exceptionnelle. Le concert aura finalement duré plus d'une heure, débordant nettement sur l'horaire prévu. Mais personne ne s'en plaindra !

Conférence de presse

CATSUOMATICDEATH
Quelques heures après son concert, le groupe avait convié les médias à une conférence de presse qui s'est avérée passionnante. Particulièrement loquace dans un anglais plus qu'impéccable, ACEKAY nous a livré confidences et réflexions très intéressantes mais aussi très longues, dont voici ci-dessous une synthèse.

■  Pour commencer, quelles sont vos influences ?
Le courant musical qui influence notre travail, c'est définitivement l'enka, la musique traditionnelle japonaise. On utilise des rythmes et des instruments occidentaux mais ce n'est qu'une interprétation. De prime abord notre musique sonne comme de la musique américaine, mais ça n'en est pas.

■  Lors du concert vous expliquiez vous sentir comme si vous n'aviez nulle part où vous sentir chez vous, partagé entre le Japon et l'Occident. Expliquez-nous cela.
C'est un problème à la fois musical, géographique... Nous écoutons de la musique occidentale, mais nous parlons japonais. Nous mettons des vêtements occidentaux mais nos corps sont japonais. Parfois c'est étrange, lorsque l'on baigne autant dans un environnement culturel occidentalisé, de devoir revenir à des choses 100% japonaises. Faire un choix entre Japon et Occident est quelque chose d'impossible. Le Japon d'aujourd'hui est confus, les esprits sont envahis par des choses étrangères. Mais au final, ce qui nous unit c'est la musique. Je prie chaque jour le Dieu du Rock'n'Roll. Oui je suis un membre hardcore de la Sainte Eglise du Rock'n'Roll. Parfois pour faire de la musique je dors dans des endroits miteux, mais ce n'est pas grave, ça fait partie du jeu, l'essentiel c'est de prendre notre pied sur scène.

■  Et aujourd'hui vous avez pris votre pied ?
Oh que oui ! En fait... sans doute trop...!

CATSUOMATICDEATH
■  Sur votre site vous employez de nombreuses citations, notamment de Michel Foucault. Quelle est la place de la philosophie dans votre musique ?
Vous savez, nous ne faisons pas de la musique uniquement pour le fun. On essaie de véhiculer un message, de faire quelque chose qui a du sens. On souhaite favoriser les échanges culturels, les échanges entre les gens, les échanges entre les pays. Il ne devrait pas y avoir de limites, de frontières à cela. C'est pour ça que la musique est là. Michel Foucault, il est comme nous, il n'appartient à aucun endroit en particulier. Il est français mais a eu des problèmes avec la France, il est gay... C'est un précurseur. J'ai lu ses livres, même si je ne parle pas français.

■  Qu'est ce que l'"age of exploration" ?
Vous savez, nous sommes un groupe indépendant qui s'auto-produit, et aime à jouer dans le monde entier. On fait tout nous-mêmes, nous n'avons aucun soutien d'où que ce soit. Nous faisons tout de A à Z, c'est en ça que c'est une exploration pour nous tous. La scène indépendante est grande, il y a de nombreux groupes, et c'est difficile d'avoir du succès. Mais si nous y parvenons, c'est que tout le monde en est capable. Du coup nous avons une grande responsabilité : nous devons réussir, pour être un exemple pour ce grand monde qu'est la scène Indies. Nous n'avons pas besoin de sponsor, nous pouvons aller partout. Prochainement nous serons distribués en Europe par JMD et Virgin, c'est une bonne nouvelle pour les groupes Indies, ça signifie que quand on veut, on peut.

Tiens par exemple, vous savez, nous devions amener nos différents produits, CDs, goods, c'est grâce à ça que l'on peut poursuivre notre parcours, c'est ça qui nous soutient financièrement. Et bien tout a été bloqué à la douane : on nous a dit "Vous avez besoin de tel et tel papier, telle autorisation". Là j'ai vite compris qu'on en aurait pour 6 mois, et le manque à gagner et les démarches à réaliser suite à ça font qu'on va vivre un moment difficile à notre retour, mais ce n'est pas grave. Alors j'ai bien sûr beaucoup de respect aussi pour les musiciens qui travaillent avec des labels qui les soutiennent, c'est une façon de faire. Nous on essaie de conserver la possibilité de prendre nos propres décisions. Ce sont nos fans en Europe qui nous ont recommandé de venir à la Japan Expo, sinon jamais nous aurions pensé venir ici. Malgré les apparences nous ne sommes pas un groupe de Visual Kei, nous n'en avons jamais été un. Le message que l'on essaie de faire passer, nos points de vue "politiques" sont radicalement différents. On ne cherche pas à avoir l'air cool, mais au contraire à être stupides. Je n'aime pas les rock stars.

CATSUOMATICDEATH
■  A la création de Catsuo, vous prépariez un Ph.D de littérature américaine. Vous aimez la musique américaine, notamment Iggy Pop. Est-ce la littérature qui vous a amené à la musique, ou la musique qui vous a amené à la littérature ?
En tant que parolier je dirais... écrire une chose ou une autre en fait, c'est toujours pareil. L'inspiration... Imaginez-vous professeur. Vous avez commencé par apprendre, en copiant sur ceux qui vous montraient comment faire. Puis à votre tour, vous faites votre propre travail, et des gens vous copient. La musique c'est pareil, avec des méthodes et des moyens différents. Ce qui est difficile c'est de transmettre l'énergie.

■  La composition du groupe change assez régulièrement. Quelle influence cela a-t-il sur votre musique ?
Vous savez, ce n'est pas vraiment un choix. Yuka par exemple n'est là que depuis une vingtaine de mois. Nous avons beaucoup d'amis qui veulent jouer dans ce groupe. Et puis nous connaissons beaucoup de monde dans ce milieu. Il y a à peine une heure nous étions avec PATA, on est bons amis. Si nous jouions de la musique seulement pour le plaisir, nous pourrions dire oui à tous ces gens qui veulent nous rejoindre. Mais moi je demande énormément à mes musiciens. Je leur dis que je peux les aider à faire de la musique, à évoluer, à se produire sur scène, mais pour ça il faudra qu'en retour ils donnent de leur personne, et pour ça je respecte beaucoup les musiciens qui travaillent avec moi aujourd'hui. Je cherche à vivre une vie à travers la musique. Beaucoup de groupes disent qu'ils pourraient donner leur vie pour la musique mais quand il s'agit de sauter le pas, ils se demandent ce qu'ils ont à perdre. Moi ce que je dis c'est : si vous avez quelque chose à perdre c'est maintenant qu'il faut le faire. Prenons l'exemple de YUKA : elle est sans doute l'une des meilleurs batteurs au féminin du Japon. A la base son style est plutôt dance music, façon CHEMICAL BROTHERS. C'est une excellente musicienne de session, elle a notamment tourné à travers le Japon avec Shiina Ringo, elle est allée à la TV... Aujourd'hui tout cela est terminé, elle a fait un autre choix.

CATSUOMATICDEATH
■  C'est justement parce que vous leur en demandez trop que les membres du groupe affirment tous vous détester sur votre site ?
Ah... ouais. (rires) J'arrive un jour en disant : dites, on va jouer en France, c'est dans un mois. Par contre il va falloir bosser dur d'ici là, s'investir énormément. Désolé. Et eux sont plutôt assommés par la masse de travail. Mais je leur dis "allez quoi, allons-y !"

■  Comment s'est formé le groupe, au tout début ?
En fait on se connaissait déjà, du moins de réputation. Il y a beaucoup de groupes mais peu arrivent sous le feu des projecteurs. Néanmoins YUKA est très connue, comme je le disais elle a joué pour beaucoup de groupes, par exemple encore DMBQ, un groupe heavy psychedelic à Tôkyô. Nous avons joué ensemble une fois, et c'est là que je l'ai convaincue de me suivre. YUZO-BOY aussi, le bassiste. Mais il veut se barrer le plus vite possible, il cherche un bon plan ! (Yuka s'adresse à ACEKAY) Ah ben apparemment YUKA aussi veut se barrer, elle cherche aussi un bon plan, mais c'est compliqué ! (rires)

CATSUOMATICDEATH
■  Vous dîtes que YUKA a joué dans de nombreux genres musicaux très différents du votre, comment s'est-elle adaptée au style de catsuo ?
En fait à la base, YUKA n'était pas vraiment intéressée par ce que je faisais. Sa vision du rock était très différente de la mienne, du coup pour comprendre elle cherchait les points communs. Mais ce n'était pas son style, elle n'avait jamias envisagé de faire du hard-rock. Mais ça l'a motivée à réussir le challenge de réunir nos différents points de vue. La capacité d'adaptation de YUKA est exceptionnelle. En 20 mois on a changé de bassiste 5 fois, et à chaque fois elle doit s'adapter, changer ses accentuations. Elle fait un super boulot.

■  En tant que groupe Indies qui cherche à s'affranchir des contraintes contractuelles et des problèmes liés à l'argent, quelle est votre position sur le téléchargement ?
J'aimerais diffuser ma musique le plus possible, à tout le monde, à quiconque a envie de l'entendre. C'est pour cela que j'ai accepté que l'on soit distribué en ligne chez JMD et Virgin. Pour ce qui est des CDs, des supports phsyiques, c'est plus compliqué. On fait tout nous-mêmes. Nous sommes à la fois fabricants, revendeurs, label, hommes d'affaires. C'est typiquement japonais, on travaille beaucoup mais on aime faire les choses nous-mêmes. Hier soir par exemple jusqu'à 6h on a emballé des CDs. Ca fait partie du fun. Si on était dans le giron d'un label on ne serait plus capable de faire de la musique. On a des amis qui nous aident, bien sûr. Mais nous ce qu'on veut c'est amuser les gens. Imaginez, on écrit encore à la main les crédits sur les CDs. C'est anachronique n'est-ce pas ?

CATSUOMATICDEATH
■  Vous devez sûrement être obligés d'avoir des jobs à côté de vos activités musicales pour subvenir à vos besoin, du coup ?
Bien sûr. Nous sommes des musiciens professionnels. Nous travaillons régulièrement comme musiciens de session, YUZO et YUKA notamment, ça permet de gagner de l'argent à travers la musique. Pour ma part je suis aussi professeur. J'enseignais la littérature américaine à l'Université de Tôkyô, aujourd'hui dans un Institut privé. J'aime transmettre. Quand je pars comme ça, je dis à mes étudiants : "les cours sont annulés pour quelques jours en juillet, je vais à une conférence en Europe". (rires)

■  Quel est votre auteur favori ?
J'aime beaucoup d'auteurs, c'est difficile. Bret Easton Ellis peut-être. Il est très superficiel mais en même temps très profond. Il est doué pour conserver le mystère, pour cacher les choses. On ne peut pas dire s'il est génial ou stupide, c'est tout à fait ça.

CATSUOMATICDEATH
■  On parlait de vos influences, mais aimeriez-vous que l'on s'inspire de vous ?
Vous savez ce qu'on fait est différent de ce que font 99,9% des autres. Personne ne s'inspire de nous, les autres veulent souvent être des héros, avoir de l'argent. Mais on a appris qu'il existe un copy band de nous. C'est une fille qui chante nos chansons, c'est très mignon, très intéressant. Un jour on fera quelque chose avec eux, ils joueront nos support members. Mieux, ce seront eux qui feront le lead et nous qui joueront pour les accompagner. Pourquoi pas en Europe ? On discutait avec Ra:IN, on va peut-être faire quelque chose avec eux, pourquoi pas une tournée, ça reste à discuter, c'est une nouvelle fraîche d'aujourd'hui.

■  Qui sont Charly et Sammy ?
J'ai écrit cette chanson à l'époque où la Corée envoyait des missiles par dessus le Japon, et Bush montait au créneau. Je me disais : c'est quand même dingue, il y a un souci pour le Japon, dans l'espace aérien japonais, et ceux qui s'étripent ce sont Bush et Kim Jong-Il. C'est un peu comme ce qui se passait au Vietnam. J'ai beaucoup lu sur le Vietnam. A l'époque, Ho Chi Minh était Charly, et le président américain, c'était Sammy.

■  Vous écrivez en anglais. Mais vous ne pensez pas que le japonais est une langue plus riche, plus appropriée pour exprimer des métaphores ?
Oui, mais... Je pense que le japonais est une langue ancienne, qui ne va pas bien avec le Rock'n'Roll. Le rythme ne colle pas. Si l'on chantait en japonais, ça donnerait ça (il chante tatatatata de façon assez linéaire, sans relief). Le japonais ca va bien avec les rythmiques 5-7-5-5-5, vous savez... C'est pour ça que je n'aime pas trop écrire en japonais. Mais si un jour je suis amené à écrire plus pour le public japonais, alors j'écrirai en japonais, mais dans ce cas ce sera de l'enka. Je ferai de l'enka.

CATSUOMATICDEATH
■  Dernière question : sur votre site vous dites que vous êtes libres demain 7 juillet, pour qui veut organiser une fête surprise ou un anniversaire, et que vous amenez le gâteau. Quel parfum le gâteau ?
(Rires) Oh ben je pense qu'on va aller piquer autant de gâteau au chocolat que possible dans la salle là bas derrière (la salle invités, NDLR), et puis ensuite on sera là "to rock the house". N'hésitez pas, passez-nous un coup de fil. On adore les projets de jobs pas commerciaux !

Merci à l'ensemble du groupe CATSUOMATICDEATH et plus particulièrement à ACEKAY, ainsi qu'au staff de la Japan Expo.
Photos de Florian Dupont - Reproduction totale ou partielle du texte et des photos strictement interdite
.
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 66 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité