mikan music articles
Live report Nichika, Kurumi Enomoto, alüto, RYTHEM @ Aoyama Tsuki Miru Kimi Omou (21-12-2008)
Par Shimoa, le 18-01-2009 à 12:30:00
L'évènement de ce soir s'intitule Shinsetsu Ai no Uta vol.1 et est organisé par Nichika. Il est acoustique, et a lieu à l'Aoyama Tsuki Miru Kimi Omou. L'Aoyama Tsuki Miru Kimi Omou n'a pas qu'un nom interminable, non, cette live house possède aussi une atmosphère tout à fait sympathique. Pour coller à son nom ("tsuki" signifie "Lune"),
Aoyama Tsuki Miru Kimi Omou
une grosse image du satellite de la Terre est projetée sur le background de la scène et confère une ambiance sélénite au lieu. La structure du lieu est de bon goût (beaucoup de bois notamment) et bien foutue, avec un "comptoir" de place assistes à l'étage offrant une vue imprenable, et la fosse classique en dessous où les premiers rangs sont particulièrement près de la scène. Et on ne pouvait que rêver d'un contexte aussi intime quand on sait que le premier artiste de la soirée va être...
■  RYTHEM [Site officiel]

RYTHEM Live 01
C'est sur l'intro de Kubisuji Line dans une version boîte-à-musique que débute leur live, une intro ensuite reprise par YUI au piano. Je suis tout sauf un expert en RYTHEM, mais ce qui m'a vite agréablement surpris, c'est le rendu de l'utilisation qui est faite de leurs voix, tantôt en alternance tantôt synchro. Puis quand arrive Mangetsu Kirakira, YUKA dégaine sa guitare. Cette chanson aux arrangements intéressants perd selon moi de son cachet en acoustique, mais on ne peut nier l'ambiance très relaxante qu'installe RYTHEM. Les deux filles sont douces, sympathiques. Viennent ensuite plusieurs titres issues de 23, leur nouvel album, dont Aishikata, une chanson archi classique sur leur façon d'aimer. Et tandis que YUI et YUKA expliquent que s'il leur arrive de jouer avec des membres de session, elles aiment autant être que toutes les deux, vient déjà le temps de la dernière chanson : Akari no Arika. Pour le coup, je suis surpris par l'intro qui sonne me plaît largement plus que son homologue studio. Les deux demoiselles arrivent à être soutenues par les clappements de main de toute la salle, fait notable dans le sens où tant d'artistes échouent en y mettant pourtant plus de zèle. Mais la sensibilité que dégage de RYTHEM est telle que l'on a envie de les accompagner.

■  alüto [Site officiel]

alüto
Le duo commence sur Maigo no Uta, dont la double intro (d'avoir au violon puis à la guitare) est d'un fort capital relaxation. La voix légèrement cassée de Taigo trouve les tons justes et témoigne d'une belle puissance lorsqu'il s'agit de pousser pendant les refrains. Honoka de son côté, apporte sa dextérité au violon, ses chœurs, et un atout charme indéniable. Quand arrive Café Moyou, Taigo nous recommande quelques échauffements car, je cite, "Ca va être le moment de bouger". Et en effet après son intro lancinante, la chanson devient nettement plus dansante. Puis sur la suivante, Taigo encore lui requiert les chœurs du public et y met les moyens : le voilà qui laisse tomber sa guitare et son micro pour venir encore plus proche du public ! Je ne m'étais jamais fait la remarque jusque là mais après avoir vu ce live je me dis que ces deux-là mériteraient plus de notoriété.

■  Kurumi Enomoto [Site officiel]

Kurumi Enomoto
La seule artiste solo de la soirée. De petite stature, Kurumi ne dégage pas grand chose sur scène : elle a l'air timide, réservé,... mais ne déconne pas lorsqu'il s'agit de chanter les refrains d'Aisubeki Hito avec du coffre. Aussi, elle bouge de façon peu classe (y a que le haut du corps qui bouge, pas les pieds). Sur sa première partie MC je suis étonné par sa voix grave et suave, avant qu'elle n'entame Asagao où sa voix va se faire nettement plus douce. Un peu plus tard, c'est au tour de Real, une de mes chansons préférées. Elle perd hélas de sa puissance avec l'instrumentalisation limitée de ce soir (une guitare acoustique et un piano), mais ça ne l'empêche pas de me donner des frissons pendant les refrains (certes j'avais la clim' juste derrière moi mais quand même). Real est plus touchante que les autres chansons et ça se voit dans l'attitude de Kurumi sur scène : elle bouge plus et a les larmes aux yeux sur la fin. Des 6 chansons interprétées par l'artiste, je retiens une impressionnante puissance vocale et une interprétation qui ne laisse pas indifférent. En effet Kurumi ne fuit pas son public des yeux, et à plusieurs reprises elle m'a fixé, fixé de son regard qui lui donne l'air d'être un peu ailleurs mais qui rend amoureux.

■  Nichika [Site officiel ¤ MySpace]

Nichika Live - 01
L'instrumentalisation est à nouveau limitée à un piano et une guitare acoustique et c'est logiquement sous un tout autre visage que nous apparaît Edelweiss. Et à l'image des performances précédentes, c'est vocalement qu'on se prend une claque. Issui n'est pas en reste niveau puissance et là où la claque résonne encore plus fort, c'est que son chant profond est en contraste total avec la voix mignonne et enfantine qu'elle a sur les parties MC ! Yoichirou pendant ce temps, est assis sur son tabouret, dans l'ombre. Il faut dire que c'est un des points faibles de la salle, l'éclairage : il offre peu de variations et n'éclaire même pas assez selon moi. Après Painful, le duo interprète une chanson qui n'est pas la leur et qu'Issui présente comme un cadeau de Noël au public : il s'agit du classique Jingle Bells. L'interprétation est folk et après 1:30 de Jingle Bells, Nichika en remet une couche avec... Silent Night,... qui en cours de route devient NOBODY'S OFF THE HOOK ! Pourquoi pas à la limite, cette chanson est en Anglais et je lui trouve des airs de ballade hivernale.

Nichika Live - 03
Sur la séquence dialogue qui suit, Issui explique qu'elle voulait porter un bonnet de Père Noël ce soir mais que... elle n'a pas d'argent. Le public rigole bien mais fait moins le malin lorsque arrive Atarashii Mizu, pure ballade qui devient encore plus touchante dans les circonstances acoustiques du soir. Puis sur Aijou, leur dernier opus en date, les envolées d'Issui dans les refrains perceraient n'importe quelle muraille pour vous aller droit au cœur. Enfin River's Edge, leur nouveau single à sortir en février, vient clore la setlist : il sera intéressant de voir ce que sera ce morceau dans une version non acoustique. Le duo revient tout de même pour un rappel, soit Abc, reprise des Jackson 5 avec laquelle Issui avait gagné une audition il y a 10 ans de ça !

Et c'est ainsi que se termine ce Shinsetsu Ai no Uta vol.1, projet que Nichika souhaite reconduire à un rythme trimestriel. On a hâte de voir qui seront leurs prochains invités, tant le bilan de cette première édition fut bon, vocalement notamment. Et je ne suis pas le seul à avoir apprécier si j'en crois le remarquable afflux vers les stands de ventes de CDs à la fin du concert. Il faut dire que les artistes étaient présents en personne pour remercier les acheteurs et/ou leur dédicacer leur achat. Seule Kurumi Enomoto n'y était pas et du coup, elle n'a quasiment rien vendu. Bien fait !


RYTHEM Live 02
Setlist :
RYTHEM
1) Kubisuji Line
2) Mangetsu Kirakira
3) SMILE
4) Banana Moon
5) Aishikata
6) Akari no Arika

alüto
1) Maigo no Uta
2) Michi ~to you all
3) Café Moyou
4) La chanson n°4
5) Ai ni Te Furete

Kurumi Enomoto
1) Aisubeki Hito
2) Asagao
3) Yesterdays ~Taisetsu na Okurimono~
4) Real
5) Bouken Suisei
6) Chanson pas encore sortie (titre tenu secret sur demande du manager)

Nichika Live - 02
Nichika
1) Edelweiss
2) Painful
3) Jingle Bell
4) Silent Night ~NOBODY'S OFF THE HOOK
5) Atarashii Mizu
6) Aijou
7) River's Edge

Remerciements à l'ensemble des artistes et du staff et plus particulièrement à Nichika !
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 132 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité