mikan music reviews
album the HIATUS - Trash We'd Love
Par T'CharleS, le 20-06-2009 à 11:09:00
Le 2 mai 2008, le ciel tombait sur la tête des fans d'ELLEGARDEN : Shinichi Ubukata annonçait officiellement la cessation d'acitvité du groupe pour divergences artisitiques et de motivation des membres du quatuor. Depuis l'ex-leader et guitariste a fondé un groupe d'indie rock : Nothing's Carved In Stone, le batteur un groupe de J-rock des plus standards : Scars Borough et le bassiste a rejoint un groupe de J-métal. Et il faut croire que les dissensions artistiques étaient fondées puisqu'aucun de ces trois groupes ne s'apparente aux deux autres... ou à ELLEGARDEN. Restait toutefois le quatrième et non le moindre : Takeshi Hosomi, chanteur et compositeur/parolier de la quasi-totalité des chansons du groupe, et son projet solo : the HIATUS

Takeshi aurait pu lui aussi vouloir changer de registre comme ses collègues. Qu'on se rassure il n'en est rien : the HIATUS c'est plus fort encore que le Canada Dry. Ca ressemble à du ELLEGARDEN, ça a le goût de ELLEGARDEN... et en fait c'est quasiment du ELLEGARDEN ! Sauf que si sur le fond rien n'a vraiment changé, sur la forme on sent la différence : adieu les soli des guitares et bonjour le piano, au revoir les pistes fortement teintées d'emo-rock weezerien et re-bonjour les harmonies des premiers albums. Tant et si bien qu'au final Trash We'd Love n'est pas sans rappeler des albums de punk-rock légers tel le So Long, Astoria de The Ataris (bien qu'il y ait fort à parier qu'il n'y ait aucun lien entre les deux).

■  On garde le fond et on renverse la forme...

A l'écoute la première chose qui frappe est la différence d'arrangements par rapport à ELLEGARDEN : la batterie a des cymbales toujours aussi présentes mais beaucoup moins agressives, la partie rythmique est mise en valeur au lieu de n'être qu'un faire-valoir du chant et de la guitare lead. De plus, il y a eu un travail manifeste en studio au niveau du mixage qui est beaucoup plus aéré et évite de tomber dans le travers courant de ce rock aux guitares trop présentes, trop bruyantes et qui ne laissent au final de place qu'à la voix et quelques rares coups d'éclat du batteur.

En fait c'est une sorte de retournement de valeurs puisque même la guitare solo n'est ici présente qu'en décor, comme pour épicer la section rythmique. De plus, elle est quasi-systématiquement doublée du piano un peu comme si la ligne musicale avait été répartie entre les deux instruments. Certes, la proéminence du chant et de la guitare rythmique a sans doute à voir avec rôle central de Takeshi Hosomi et le schéma "mon groupe avec au centre mon chant et ma guitare". Mais force est de constater que ce n'est pas tant une lubie plus ou moins égocentrique qu'un choix assumé et confirmé par composition et arrangements. Le plus remarquable étant sans doute le rôle et la présence du piano de Horie Hirohisa qui n'est autre que le producteur de l'album, ceci expliquant sans doute cela.

■  ...mais surtout on garde le fond !

Cependant, les meilleures idées doublées des meilleures intentions ne suffisent pas à faire un bon album, sinon l'inventeur du micro-crédit aurait été rockstar et milliardaire, ce qui a coup sûr eût été passionnant mais nettement moins profitable aux populations pauvres. Si Takeshi Hosomi n'est pas un spécialiste en économie humanitaire il n'a heureusement rien perdu de sa capacité à écrire des chansons tantôt émouvantes, tantôt amusantes, souvent énervées et toujours catchy. Vraiment. Et à ce titre Trash We'd Love est sans doute son meilleur album. Alors bien sûr il y en aura toujours pour dire que rien de tout cela ne réinvente la roue... mais réinventer la roue est-il nécessaire, et même seulement pertinent ?

Au final Trash We'd Love livre onze pistes sans faille sur une recette éprouvée par ELLEGARDEN pendant des années. Des chansons majoritairement en anglais incluant deux mid-tempo lorgnant sur l'emo-rock pour rompre la monotonie d'un album à la colorations systématiquement positive, trois ballades pour faire respirer la tracklist et l'auditeur, et surtout une majorité de pistes uptempo charismatiques, toutes excellentes, fédératrices et donc aptes à chauffer le public auquel le groupe ne manquera certainement pas de continuer à se confronter quand on connait la boulimie de live qui caractérisait ELLEGARDEN et ses membres.

"ELLEGARDEN est mort, vive the HIATUS !" pourrait-on conclure après écoute de ce premier album qui fait bien plus que rassurer les fans du quatuor en suspens puisqu'il démontre que l'héritage du groupe est, lui, plus vivant que jamais. Un incontournable pour les afficionados et une excellente occasion de découverte pour tous ceux qui n'auraient jamais tenté l'expérience : Trash We'd Love est un sans-faute qui capitalise sur toute l'expérience d'ELLEGARDEN pour continuer d'apporter au Japon le punk-rock le plus américain que l'archipel connaisse. Chapeau bas !

Commander l'album sur CDJapan - Yesasia
Note : 9.5/10
album the HIATUS - Trash We'd Love
the HIATUS - Trash We'd Love : Cover
Sortie le 27-05-2009
Infos : FLCF-4281 - 2520¥
Tracklist : 01- Ghost In The Rain
02- Long Train Running
03- Centipede
04- Silver Birch
05- Kuzuten
06- Storm Racers
07- Little Odyssey
08- The Flare
09- Konpeki no Yoru ni
10- UNICORN
11- Twisted Maple Trees
 

Donner votre avis

Pour donner votre avis sur ce disque merci de vous connecter (login et mot de passe du forum).

Haut de page
Layout :
zone membre
Connectez-vous avec vos identifiants du forum :

login

password

Connexion permanente

Inscription - Mot de passe perdu
Actuellement 80 visiteurs sur le site
publicité
L'Arc~en~Ciel live in Paris DVD
partenaires
Nos partenaires :

Jpopdb CDJapan Yesasia Last.fm SOUNDLICIOUS Wasabi Records J-music Distribution J-music Live J-music Store Higashi Music Orient-Extreme Memorial Hamasaki Anna et Olivia Jmusic Collection AyuAngel French Capsule EMIKO SHIRATORI RURUTIA ARAI AKINO Not Your God


Voir tous les partenaires
recherche
publicité